Le tsunami de 2004

5.Photo

Le 26 décembre 2004, nous nous trouvions à Bangkok en Thaïlande, lorsqu’un séisme s’est produit dans l’océan indien avec une magnitude de 9,1 à 9,3. Il a eu lieu à la frontière de deux plaques tectoniques. J’ai senti la terre bouger. Je marchais sur la rue et je me suis arrêtée pour regarder à travers la vitrine d’un magasin, les images à la télévision. J’ai vu la vague énorme qui allait engloutir plus de 200,000 personnes.
Un mois plus tard, j’ai rencontré au Vietnam un homme et son garçon de trois ans. Ils habitaient la cabane à côté de la nôtre et j’entendais souvent l’enfant réclamer sa mère. Au bout de quelques jours, j’ai parlé avec le père. Il est venu s’asseoir sur ma galerie. Son fils dormait. Il m’a dit tout de suite :
— J’ai perdu ma femme dans le tsunami. J’arrive de la Thaïlande. Je l’ai cherchée partout…
Il m’a détaillé les recherches qu’il avait faites parmi les cadavres. Un à un, il les avait examinés. Il m’a décrit l’odeur de putréfaction. Je pouvais la sentir. Il m’a raconté ses espoirs en apercevant un bout de tissus qu’il croyait reconnaître. J’espérais avec lui !
Mais, en vain !
Je n’avais jamais partagé de toute ma vie une si grande tristesse. Et le petit se réveilla en criant :
— Maman, maman.
Et le père l’a pris dans ses bras et encore une fois, il a emmené l’enfant près de la mer, la grande mère qui avait englouti la sienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *