Rohingyas

Résumé

Zacharie, Mya et Ko Than sont en route vers le Myanmar lorsque les moteurs de leur avion tombent en panne en plein vol. Le pilote n’a pas le choix : il faut faire un amerrissage forcé, en plein coeur de la mer d’Andaman.

Avec une poignée de naufragés, les trois adolescents se retrouvent sur un radeau de fortune qui menace de couler à tout instant. Heureusement, ils aperçoivent au loin une barque d’exilés rohingyas qui acceptent de les accueillir à bord.

Mais qui sont exactement les Rohingyas ? Zack, qui n’en a jamais entendu parler, est atterré par ce qu’il apprend. Les bouddhistes birmans, qu’il croyait pacifiques, seraient donc responsables du bannissement de tout un peuple ? Qu’ont donc fait ces gens pour être ainsi condamnés à errer en mer, pour se voir refuser les droits les plus élémentaires ?

Alors que la vie s’organise tant bien que mal à bord de la barque, Zack et ses amis font face à une réalité qu’ils ne soupçonnaient pas. Qu’adviendra-t-il des Rohingyas si, par miracle, des secours venaient à arriver ?

À l’heure où la communauté internationale s’inquiète de la situation au Myanmar, j’ai voulu décrire dans ce récit d’aventure une réalité que vivent des millions d’apatrides.

J’ai écrit le livre au Myanmar à l’hiver 2017.

Ce qu’en dit la critique

« Des recherches précises tant sur le fonctionnement d’un avion, la survie en mer ou l’histoire des Rohingyas donnent une grande crédibilité à ce roman enlevant, aux personnages très sympathiques qui attire l’attention sur un génocide dont on ne parle pas assez. Gros coup de cœur pour le personnage d’Élise! » Chrystine Brouillet – Suggestions de lecture à Salut Bonjour, TVA, 17 mars 2018.

« Alors que Zach, Mya et Ko Than sont en route vers le Myanmar, l’avion dans lequel ils se trouvent a des problèmes de moteur et perd soudainement de l’altitude à une vitesse alarmante. Forcé d’amerrir, l’équipe fait tout en son pouvoir pour évacuer les passagers, mais la carlingue se remplit d’eau et, si les trois adolescents réussissent à sortir avec cinq autres passagers, la majorité d’entre eux sont avalés par la mer d’Andaman.

À la dérive sur le radeau de secours qui menace de couleur, les huit passagers croisent bientôt le chemin d’une barque plus solide dont les passagers sont toutefois en piteux état. Ce sont des Rohingyas. Zach n’a jamais entendu parler de ce peuple de musulmans birmans persécutés, forcés à l’exil et abandonnés par la communauté internationale. Au fil des jours, il apprend à les connaître. Au point où, quand les secours arrivent, il est hors de question qu’il les laisse à leur sort.

Travaillant de nouveau avec les personnages rencontrés dans La révolte, Elizabeth Turgeon s’intéresse cette fois au sort des Rohingyas. Avec une histoire choquante et bien menée, elle touche le lecteur et le sensibilise, bien davantage que peuvent le faire des articles.

Je n’ai jamais ressenti à la lecture des cette urgence d’agir qui m’a prise à la fin de ce roman.(…) Quand la littérature jeunesse ouvre les yeux… un livre indispensable.»       Sophielit.ca, mars 2018.

« Si Élizabeth Turgeon poursuit en quelque sorte une réflexion entamée dans La révolte — roman paru en 2012 dans lequel elle mettait en scène le même Zach et son immersion dans le monde des moines bouddhistes en Birmanie —, elle explore ici l’autre côté du miroir, celui du sort inhumain réservé aux apatrides musulmans, persécutés par la communauté locale

Cette semaine passée en haute mer avec trop peu de vivres sert en réalité de prétexte à une rencontre entre deux cultures. La barque devient ainsi un microcosme peuplé de 17 humains aux valeurs divergentes qui apprennent à se découvrir. D’un côté, les révoltés Rohingyas que sont Khalis et Malik, de l’autre les Occidentaux déboussolés et, entre eux, deux rescapés chinois et d’autres Rohingyas soumis aux ordres de l’imperturbable Khalis. Dans ce rafiot de fortune, chacun s’épie, se scrute, se raconte aussi beaucoup, permettant au lecteur de prendre la mesure du drame qui sévit dans cette partie du globe.

Écrit avec un souci de réalisme, le roman de l’auteure du Toucan parvient à nous plonger au coeur de ce qui fonde l’humanité. La peur, la soif, la faim, le mépris tout comme l’espoir, la solidarité et même l’amour s’entrecroisent dans ce roman socio-réaliste et participent d’une atmosphère palpable à la fois tendue et espérante. »
Le Devoir, Lire, Marie Fradette, 3 mars 2018

« Rohingyas : dans les suggestions de lecture pendant le congé scolaire. »                                      Revue LA SEMAINE, 9 mars 2018

« Quel beau roman pour les de 12 ans et plus. Trois jeunes Canadiens sont en route pour le Myanmar lorsque l’avion dans lequel il se trouve tombe en panne. Survivront-ils à cet amerrissage ? Eh bien oui et je ne dévoile pas de secret. Par contre, ils devront survivre dans un bateau de sauvetage qui prend l’eau. Ils feront la rencontre d’un groupe de Rohingyas avec qui ils devront partager eau, nourriture et culture et ce jusqu’à ce qu’ils soient, espère-t-il, retrouvés par des équipes de recherche.
Les lecteurs apprendront à mieux connaître la réalité de ce peuple souvent méprisé.
Un roman à faire lire à tous les jeunes et moins jeunes. » Chronique du 1er mars, M 103.5 FM – La radio du Grand Lanaudière

« Voici la suite du populaire roman La Révolte, paru en 2012. (…) Les trois adolescents se retrouvent sur un radeau de fortune qui menace de faire naufrage à tout moment. Heureusement, ils aperçoivent au loin une barque d’exilés Rohingyas qui les prennent à bord avec eux. Mais au fait, qui sont ces gens ? Qu’ont-ils fait pour être condamnés à errer en mer ? Toutes ces questions trouveront leurs réponses à bord. » Full filles, revue, Zone lecture, numéro 106, Avril-Mai 2018.

« L’auteure Élizabeth Turgeon plonge dans un Myanmar étouffé par une crise humanitaire qui s’étend bien au-delà des frontières birmanes. Elle expose la réalité des Rohingyas dans un récit pour les 12 ans et plus qui raconte l’aventure de trois adolescents victimes d’un accident d’avion. Ils recevront l’aide de Rohingyas naviguant sur une barque. » Kim Alarie – Le Nouvelliste, Trois-Rivières, 24 février 2018.

« Dès que j’ai commencé à lire ce livre, j’ai été captivée. A peine notre lecture est-elle commencée qu’on se trouve déjà en plein cœur de l’action. Derrière cette histoire d’amerrissage d’urgence et de survie se cache une cause humanitaire, une réalité qui m’était totalement inconnue: celle d’hommes et de femmes privées de leurs droits et de leurs libertés. J’ai rarement eu l’occasion de lire des histoires portant une cause aussi importante que l’égalité entre les peuples, mais j’avoue que celle-ci m’a donné le goût d’en lire d’autres. A plusieurs occasions, je me suis imaginée  partager ma lecture avec mes élèves du 3e cycle, dans le cadre de cours d’éthique et culture religieuse. D’ailleurs, j’ai eu envie de discuter avec eux des questions qu’un des personnages adresse à la fin du roman: Et si on abolissait les frontières? Vous me croyez pas que le monde deviendrait plus juste pour tous? » Sophie, blogue tenu par deux enseignantes https://livreacoeur.wordpress.com/2018/04/13/rohingyas/